Cuba, « la Perle des Caraïbes »

Habitée par des Indiens depuis le IIIème millénaire av. J.-C., découverte par Christophe Colomb à la fin du XVème siècle, colonisée par les Espagnols, convoitée par les corsaires à l’époque où les navires espagnols sillonnaient les Caraïbes et faisaient escale à La Havane en provenance d’Amérique du Sud avant de repartir chargés d’or et de pierres précieuses vers l’Espagne, libérée de l’esclavage en 1868 par Carlos Manuel de Cespedes et des Espagnols en 1899, CUBA n’a cessé d’être convoitée par les Américains. Devenue protectorat américain avec la collaboration de dictateurs fantoches, CUBA résiste et se révolte le 1er janvier 1959 … Les « barbudos » sous la conduite de Fidel Castro et de l’argentin Che Guevara ont raison de l’armée cubaine et entrent victorieux à LA HAVANE. L’Amérique, of course, ne tarde pas à riposter en imposant à CUBA le blocus. C’est alors que Fidel Castro se tourne vers l’URSS et que CUBA la rebelle, fière de son défi, devient une enclave socialiste révolutionnaire plantée telle une épine au flanc de l’Amérique ! En 1989, l’effondrement du bloc soviétique prive CUBA de ses sources de ravitaillement et entraîne des mesures d’austérité sans précédent pour le pays, rejetant l’île en dehors du temps. Seuls sa beauté et son tempérament de feu lui permettent bon an mal an de survivre …

Depuis dix ans, la situation catastrophique de l’île a contraint le régime castriste à faire des concessions en autorisant notamment la création d’entreprises familiales indépendantes et le tourisme est aussi devenu une bouée de sauvetage pour l’économie cubaine. Et vous ne serez pas déçus par ce qui vous attend à CUBA : sa musique d’influence mondiale, son patrimoine architectural, l’hospitalité et la spontanéité de ses habitants et leur joie de vivre à nulle autre pareille !

Entreprendre un voyage sur la plus grande île des Caraïbes, c’est également partir sur les traces du Che Guevara et d’Ernest Hemingway !

LA HAVANE jongle avec les tons pastels, les immeubles hispanisants art déco rivalisent avec les vieilles Buick, les Chevrolet et les Cadillac d’un autre âge, LA HAVANE est telle une bibliothèque qui a pris soin d’archiver ses plus belles façades … et partout où le regard se pose, force est de reconnaître que le charme de la ville est bien présent avec ses escaliers de marbre, ses grilles mauresques et ses balcons en fer forgé, ses portes de bois sculptées, ses charmants patios, ses vitraux colorés en demi-cercle …

SAN FRANCISCO DE PAULA, à 15 kilomètres au Sud-Est de la capitale, pour découvrir le paisible et luxuriant domaine de la Finca La Vigia qui surplombe la vallée et offre une vue magnifique sur LA HAVANE et au loin la mer. Hemingway y réside jusqu’en 1959, alternant voyages aux Amériques et en Afrique. Quand il est à La Vigia avec sa quatrième épouse, il écrit, boit et reçoit les toreros Dominguin et Ordonez, Gary Cooper, sans oublier les plus belles femmes du monde : Ingrid Bergman et Ava Gardner. La superbe demeure est telle qu’Hemingway l’a laissée en 1959. Elle se visite uniquement de l’extérieur mais l’intérieur de la maison, conservé intact depuis sa mort, est facilement visible grâce aux nombreuses fenêtres et baies vitrées grandes ouvertes. Vous y plongerez dans l’univers du Prix Nobel et découvrirez entre autres ses trophées de chasse en Afrique, sa précieuse machine à écrire, des livres partout jusque dans la salle de bains, quelques 9 000 ouvrages, la plupart annotés de la main du romancier. Vous verrez également son yacht El Pilar, veillé par les tombes de ses chiens défunts, qui sommeille, protégé des embruns par un auvent.

CIENFUEGOS est une étape à ne pas manquer puisqu’elle fut fondée il y a presque deux siècles par des colons français venus d’Haïti et de Louisiane ! Aujourd’hui, une quinzaine de familles descendants de Français vivent encore à CIENFUEGOS et portent des noms bien français ! En ville, un curieux drapeau « français à la mode cubaine », flotte sur les bâtiments officiels !
La ville est devenue le troisième port du pays après LA HAVANE et SANTIAGO. Beaucoup moins connue que ces deux cités, elle a pourtant beaucoup de charme et offre l’avantage d’être située sur une baie magnifique. Elle est d’ailleurs surnommée « La Perle du Sud ».

C’est à TRINIDAD, véritable « ville-musée » classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco que l’on doit les plus belles images de Cuba. C’est sans conteste l’une des plus belles villes de l’époque coloniale de l’Amérique. Tout comme LA HAVANE, la ville a hérité d’un riche héritage culturel qu’elle a su préserver avec ses ruelles pittoresques pavées et bordées de demeures avec leurs cocktails de tons pastels allant de l’ocre, au bleu, au rose et au vert, ses belles grilles de fer forgé, ses grandes portes en bois précieux, ses balcons ornementés, ses églises coloniales, ses toutes petites places où résonne la musique traditionnelle cubaine.

CAMAGUEY, véritable joyau de l’architecture coloniale, ville aux vingt-six églises avec sa cathédrale et l’église Nuestra Senora de la Merced classée monument historique. CAMAGUEY fut fondée en 1515 sous le nom de Santa Maria de Puerto Principe et ce sont les Indiens qui la baptisèrent CAMAGUEY. On dit que la ville naquit de l’argile. Avec l’argile, on construisit des maisons en briques et c’est aussi avec l’argile que furent façonnées les « tinajones », ces jarres arabes de grandes dimensions qui servaient à recueillir l’eau de pluie. Aujourd’hui, les jarres sont devenues le symbole de la ville et vous en verrez un peu partout ! Abandonné au début du XXème siècle, l’art des tinajones est réapparu récemment. Les tinajores peuvent mesurer jusqu’à deux mètres de haut et trois ou quatre mètres de circonférence, leur confection peut alors demander jusqu’à un mois de travail !

SAN SALVADOR DE BAYAMO est la deuxième des sept premières villes fondées par Diego Velasquez. L’enclave, où habitait une communauté indigène sur les berges d’un fleuve, fut établie le 5 novembre 1513.
La ville fut la capitale de la Première République en Armes pendant la guerre indépendantiste du XIXème siècle. Terre natale de Carlos Manuel de Cespedes connu comme le « Père de la patrie », ce fut ici même que, à la chaleur de la lutte, fut écrit l’Hymne National qui accompagna les Cubains pendant la guerre et jusqu’à nos jours.

SANTIAGO DE CUBA fondée en 1515 par Diego Velazquez dans l’une des baies les mieux abritées de l’île, est la plus antillaise de toutes les cités cubaines, résultat des multiples courants migratoires qui y arrivèrent au fil des années en provenance des Antilles. De nuit comme de jour, la musique résonne dans les ruelles tortueuses et escarpées de SANTIAGO. Ici plus qu’ailleurs, les cultures se mêlent créant une diversité ethnique unique … Les Africains, les Français, les Espagnols, les Chinois et aussi les autochtones ont créé une culture dont l’influence s’est largement répandue sur le reste du pays. Berceau de la musique cubaine, SANTIAGO DE CUBA peut se vanter d’être la plus exotique et la plus endiablée de toutes les grandes villes du pays !

La province d’HOLGUIN dans le Nord-Est du pays offre un attrait particulier car c’est la terre de la découverte, là où Christophe Colomb aurait posé pour la première fois le pied sur les terres du Nouveau Monde. C’est aussi sur ces terres au pied de la Sierra Maestra que s’est noué le destin de Cuba avec le débarquement des Barbudos sans oublier également que la région a vu naître Fidel Castro.

SANCTI SPIRITUS est une agréable ville provinciale avec ses rues pavées et ses places à l’architecture coloniale. La ville se situe à égale distance des deux extrémités de l’île, soit à peu près à 550 kilomètres de chaque côté. Le 1er avril 1514, Diego Velazquez informe le roi d’Espagne de la fondation des villes de SANTISSIMA TRINIDAD et de SANCTI SPIRITUS. En 1522, pour se protéger des attaques des pirates, la ville est déplacée vers l’intérieur des terres. Puis l’économie de la région se développe grâce à la canne à sucre et au XIXème siècle, l’industrie sucrière est la principale ressource de la région.

SANTA CLARA fut fondée en 1689 par des habitants d’une ville côtière pour se protéger des attaques incessantes des corsaires et des pirates. Aujourd’hui, la ville est mondialement célèbre pour le Mausolée du Che où reposent les cendres du plus célèbre des guerilleros, rapatriées de Bolivie en 1998. La décoration intérieure rappelle le maquis bolivien où Ernesto Guevara fut assassiné sur ordre de la CIA. Vous verrez également les vestiges du « train blindé » attaqué par le Che et ses hommes le 29 décembre 1958 et qui lui permit de s’emparer des armes et des munitions et ainsi d’ouvrir la voie sur LA HAVANE. Une gigantesque statue du Che, haute de sept mètres, est érigée au centre de la place de la Révolution toujours très animée.

Bien entendu, un circuit à Cuba ne saurait s’achever sans une halte méritée sur l’une des nombreuses plages paradisiaques bordant la mer des Caraïbes : Cayo Coco, Cayo Santa Maria…

Consultez le programme en détail de notre circuit « Splendeurs de Cuba » et n’hésitez pas à contacter nos conseillers en voyages pour obtenir plus d’informations. Ils sont également à votre entière disposition pour étudier avec vous un voyage sur mesure en fonction de vos goûts et de vos envies !

Une réponse pour “Cuba, « la Perle des Caraïbes »”

  • Michel:

    Le programme « Splendeurs de Cuba » est complet et authentique comme chaque fois que Itinéraires du Monde propose un circuit. Vous ne regretterez pas de partir avec ce Voyagiste. Le dernier circuit avec IdM au Sénégal fin 2011, nous a fait découvrir ce pays autrement.

Laissez un commentaire